Lire l'article (version PDF)
Lire l'article (version texte)
Lire l'article (version PDF)
Regarder le reportage vidéo
Lire l'article (version texte)
Lire l'article (version PDF)
Lire l'article (version texte)
Lire l'article (version PDF)

Pouvez-vous nous raconter vos débuts en Belgique ?

J’ai créé le personnage de LaDiva Live à Bruxelles en 2005 mais j’étais chanteur auparavant à Londres.
Le personnage est né suite à une parodie de l’Eurovision qui a eu lieu à Paris en 2002 où je devais interpréter la chanson d’Amina qui avait représenté la France en 1990. Je m’etais déguisé et ai gagné . j’ai adoré le fait d’être dans la peau d’un personnage féminin et me suis rendu compte que ça me permettait d’aller plus loin dans la performance . l’idée a commencé à germer à ce moment là pour prendre forme en 2005 à Bruxelles où j’avais déménagé entre temps…

Sentez-vous une différence dans l’accueil du public entre la Belgique et la France ?

Je dirai que le public Français est plus réservé . il attend en général la fin d’un spectacle pour exprimer son enthousiasme… Les Belges l’expriment tout au long…

Est-ce que Ladivalive est votre première et seule créature ?

Oui. Il y a plusieurs types de transformistes et j’admire ceux qui évoluent sur scène à travers différents personnages et réussissent à transmettre une émotion sans même parler… LaDiva Live est plus une chanteuse intemporelle…

Vous sentez-vous femme ou est-ce un personnage à part entière entre la femme et l’homme ?
C’est un personnage féminin ( et pas une femme au sens strict )qui permet justement de transcender le genre . J’aime à croire que les gens qui viennent voir le spectacle occultent la sexualité au fil du show…

Tentez-vous d’instaurer un rapport de séduction avec votre public ?

Je pense qu’il y a une part de séduction dans tous les spectacles. Une séduction artistique .

Le cabaret transformiste est-il selon vous un ambassadeur de la cause LGBTQ ?

Absolument… Les cabarets transformistes ne sont plus des endroits secrets ou fermés comme ils ont pu l’être par le passé et ils sont aujourd’hui une vitrine d’une partie de la culture LGBTQ sans pour autant tomber dans les clichés qu’on a pu en avoir. On ne peut que s’en réjouir .

 

Pouvez-vous nous raconter cette aventure du Diva’s Cabaret ?

C’est une histoire un peu folle: Christophe Soret qui est à l’origine de cette initiative m’avait contacté pour me dire qu’il comptait créer un cabaret et qu’il souhaitait m’y employer pour quelques spectacles… J’ai eu un coup de cœur en visitant ce lieu et lui ai alors proposé de m’associer avec lui . Cela faisait déjà un moment que je souhaitais créer mon propre cabaret tout en continuant à voyager de temps en temps comme je le fais…

Où pourrons-nous vous retrouver dans les prochains mois ?

Au Diva’s Kabaret du jeudi au Samedi chaque semaine …

 

Par Melchior Riant – Technikart

LaDiva Live est une transformiste de grand talent ! Un personnage touchant et timide lors des interviews, mais ne vous y trompez pas ! Sur scène, elle révèle son vrai talent et vous vous souviendrez d’elle très longtemps. Sa voix impressionne autant que ses robes et son succès en Belgique n’est plus à prouver. Elle sera la vedette phare du DIVA’S KABARET, nouveau cabaret live piano bar, dans le Marais à Paris.  

 

Pour commencer, pourquoi avoir choisi ce nom très explicite ? 

Je n’avais aucune idée de nom, c’est un ami qui qui a choisi lors de ma première prestation. Je n’étais même pas enthousiaste, mais il m’a convaincu en me disant que je reprenais des chansons de « Divas ». Le « live » est arrivé par la suite, inspiré d’une émission télé « Divas Live » diffusé sur la chaîne VH1 à l’époque. Je rajouterai que n’ai vraiment pas l’attitude d’une Diva.  

En quelques mots, comment votre personnage est-il né ? 

Lors de l’Eurovartovision de 2002 (une parodie de l’Eurovision à Paris) je devais interpréter une chanson qui avait représenté la France. Je me suis maquillé et j’ai chanté. J’ai adoré l’idée de rentrer dans la peau d’un personnage et j’ai même gagné le concours !  

Comment pourrait-on définir LaDiva Live ? 

Un personnage qui chante, rends hommage à différentes Divas sans se prendre la tête. Je mets un point d’honneur à faire passer de bons moments à mon public en étant proche de lui. 

Les moments de votre carrière qui vous ont le plus marqué ? 

Les Prides où j’ai chanté de Belgique au Canada en passant par plusieurs Pays d’Europe. 

Vous commencez une collaboration avec le Diva’s Kabaret à Paris. Quelles sont vos attentes ?  

J’aimerais faire de ce lieu un endroit convivial. Je pense que le cabaret LGBT renaît à Paris et c’est très prometteur. Paris est l’une des villes les plus visitées au monde, j’aimerais que ce lieu soit international, qu’il attire aussi bien une clientèle parisienne et française qu’internationale. 

Quelques indiscrétions sur les spectacles qui vont être proposés dans ce cabaret ? 

Un mélange de burlesque, du chant et un piano voix ouvert au public. 

Qui seront vos partenaires de jeu ?  

Lara FullCamp sera là pour apporter sa dose d’humour, pour les autres, venez les découvrir ! Je rajouterai que si le succès nous le permet, nous comptons inviter des artistes venant de l’étranger.  

Un petit secret à nous révéler ?  

Je suis un homme mais ne le dites à personne ! 

Que faut-il faire pour séduire une diva comme vous ? 

M’inviter à Bora Bora.  

La chanson que vous préférez interpréter ?  

C’est très étonnant mais c’est une chanson de Noël très religieuse « O Holy Night » (minuit Chrétien) j’adore la mélodie ! 

Vous qui avez surtout une carrière en Belgique, cette expérience supplémentaire en France est-elle une opportunité de vous faire connaître d’avantage ici ? 

Mon but est de faire passer de bons moments et de m’amuser. Si ça me fait plus connaître tant mieux mais ce n’est pas le but premier… 

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez pour la suite ?  

Que cet endroit réponde à notre espérance de pouvoir partager des bons moments et d’en faire un endroit incontournable… 

Par Damien Guignard 

LaDiva Live est une transformiste de grand talent ! Un personnage touchant et timide lors des interviews, mais ne vous y trompez pas ! Sur scène, elle révèle son vrai talent et vous vous souviendrez d’elle très longtemps. Sa voix impressionne autant que ses robes et son succès en Belgique n’est plus à prouver. Elle sera la vedette phare du DIVA’S KABARET, nouveau cabaret live piano bar, dans le Marais à Paris.  

 

Pour commencer, pourquoi avoir choisi ce nom très explicite ? 

Je n’avais aucune idée de nom, c’est un ami qui qui a choisi lors de ma première prestation. Je n’étais même pas enthousiaste, mais il m’a convaincu en me disant que je reprenais des chansons de « Divas ». 

En quelques mots, comment votre personnage est-il né ? 

Lors de l’Eurovartovision de 2002 (une parodie de l’Eurovision à Paris) je devais interpréter une chanson qui avait représenté la France. Je me suis maquillé et j’ai chanté. J’ai adoré l’idée de rentrer dans la peau d’un personnage et j’ai même gagné le concours !  

Comment pourrait-on définir LaDiva Live ? 

Un personnage qui chante, rends hommage à différentes Divas sans se prendre la tête. Je mets un point d’honneur à faire passer de bons moments à mon public en étant proche de lui. 

Vous commencez une collaboration avec le Diva’s Kabaret à Paris. Quelles sont vos attentes ?  

J’aimerais faire de ce lieu un endroit convivial. Je pense que le cabaret LGBT renaît à Paris et c’est très prometteur. Paris est l’une des villes les plus visitées au monde, j’aimerais que ce lieu soit international, qu’il attire aussi bien une clientèle parisienne et française qu’internationale. 

Quelques indiscrétions sur les spectacles qui vont être proposés dans ce cabaret ? 

Un mélange de burlesque, du chant et un piano voix ouvert au public. 

Qui seront vos partenaires de jeu ?  

Lara FullCamp sera là pour apporter sa dose d’humour, pour les autres, venez les découvrir ! Je rajouterai que si le succès nous le permet, nous comptons inviter des artistes venant de l’étranger. 

Un petit secret à nous révéler ?  

Je suis un homme mais ne le dites à personne ! 

Par Damien Guignard 

Un nouveau cabaret , avec transformistes, Le Diva’s Kabaret, s’est ouvert à Paris

 

Un nouveau cabaret à Paris, c’est assez rare pour le signaler. Surtout que sur la petite scène de ce cabaret vous verrez des transformistes qui ne manquent pas de talent.

Il faut tout d’abord signaler que l’ambiance est vraiment sympa, et ne pensez pas un seul instant que ce cabaret est réservé à une clientèle gay ou LGBT. Loin s’en faut! Je m’y suis rendu 2 fois et la petite salle était comble, sans distinction de sexe ou de préférence sexuelle. Ce mélange nous démontre, (mais en avait-on vraiment besoin?) que l’on peut passer d’excellentes soirées en mélangeant tout le monde.

Côté pratique, vous pourrez vous restaurer avec des belles planches  avec charcuteries, fromages (18€), assiette de foies gras (24€) ou mignardises dessert (16€) .

Côté consommation, vous devez vous acquitter d’un droit d’entrée de 30€ si vous avez réservé en ligne ou 35€ sur place  qui vous permet de choisir, soit deux verres de soft (coca,  jus) ou un cocktail, ou une coupe de champagne. Je vous ferai grace des différents cocktails. Vous avez des vins au verre à partir de 8€ et des bouteilles (dont un excellent Morgon à 35€).

Côté spectacle, c’est quand même pour cela que vous viendrez : 2 parties, la première débutant vers 21.30. Il est recommandé vivement de réserver et d’arriver vers 20.00 si vous voulez être super bien placés. LadivaLive chante vraiment et possède un très belles voix, Le côté comique c’est LaraFullCamp, qui joue le playback, et le côté charme c’est Sweetie Bonbon, qui excelle au piano et chante aussi en duo avec LaDivaLive.

Par Guy Courtheoux

Lire l'article directement sur onsortoupas.fr
Book a table